MISE AU POINT SUR LE PARKING PRÊCHEURS ET LE PARC RAMBOT

LE FUTUR PARKING PRECHEURS / ARTS ET METIERS

& LA REQUALIFICATION DU PARC RAMBOT

 

La Provence s’est récemment fait l’écho (éditions du 30/05/2017 et du 12/06/17) des arguments avancés par certains opposants à la réalisation d’un parking pour l’Est du centre-ville.

Les nombreuses approximations et les contrevérités réitérées par ceux-ci, malgré les études techniques fournies, les éclaircissements apportés par les services de la ville d’Aix-en-Provence et les concepteurs du futur parking Prêcheurs/Arts et Métiers qui sera réalisé par la SEMEPA sous le Parc Rambot, ainsi que les engagements pris en comité de suivi par Madame le Maire d’Aix-en-Provence, obligent à une nouvelle mise au point pour écarter les fantasmes, expliquer la réalité du projet et rassurer les riverains, les protecteurs de l’environnement et l’ensemble des Aixoises et des Aixois.

  1. LE PARKING EST NECESSAIRE POUR :
  • LE RETOUR DES MARCHÉS FORAINS SUR LES 3 PLACES
    à l’issue des travaux de réhabilitation des 3 places, les camionnettes des forains devront être accueillies dans un endroit adapté à leur gabarit, tout en préservant du stationnement les futurs espaces de promenade du cours des Arts et Métiers, prochainement requalifié
  • REMÉDIER A LA SUPPRESSION DE PLUS DE 200 PLACES EN SURFACE
    liée à l’avancée de la piétonisation du quartier comtal (secteur Palais de Justice, La Madeleine-Prêcheurs, rue Portalis) et à la fin progressive du stationnement de surface dans le centre historique.
  • RÉÉQUILIBRER L’ATTRACTIVITÉ ET LA COMMERCIALITÉ 
    à l’Est du centre-ville, en réponse à l’effet exercé, à l’Ouest, par le parking Rotonde, et répondre au besoin manifesté par les commerces et leurs clients.
  • COMPLÉTER LE DISPOSITIF DES PARKINGS EXISTANTS
    qui complète la politique de dissuasion du stationnement en centre historique, du développement des transports en commun, et de l’organisation du stationnement en première périphérie du centre-ville. Ce dispositif global permet la limitation de la pollution et des embouteillages en centre-ville, ainsi que la gêne sur les espaces publics et l’impact visuel négatif du stationnement de surface.
  • ANTICIPER LE DEMENAGEMENT DE LA POLYCLINIQUE RAMBOT
    à l’horizon 2019, et la mutation du secteur qui entraînera le changement de destination de l’actuel parking public Rambot, trop éloigné des rues commerçantes pour répondre aux besoins d’attractivité de l’Est de la ville, mais à proximité immédiate du futur Campus technologique qui verra le jour sur le site de l’Ecole des Arts et Métiers.
  • ANTICIPER L’INSTALLATION POSSIBLE D’UN GRAND MUSEE DANS L’EX-COLLEGE DES PRECHEURS et l’afflux de touristes qu’il provoquerait et dont une part souhaitera pouvoir stationner son véhicule à proximité

 

  1. LA LOCALISATION DU PARKING SOUS LE PARC RAMBOT EST ADAPTEE AUX BESOINS :
  • PLUSIEURS LOCALISATIONS ENVISAGÉES
    Plusieurs localisations ont été envisagées et diverses études de sous-sol et de faisabilité ont été menées. Elles ont successivement conduit à écarter (du fait de la présence avérée d’eaux souterraines, de difficultés de maîtrise foncière ou de complexité d’accès), les sites de la place Verdun, de la cour de l’Ecole des Arts et Métiers, de la cour du Lycée Vauvenargues, puis le sous-sol du Cours des Arts et Métiers.

 

 

  • LE CHOIX DU PARC RAMBOT ET SES GARANTIES

→ à proximité immédiate du centre-ville :
La distance à pied séparant le Parc Rambot de l’entrée du Collège des Prêcheurs est la même que celle séparant l’entrée du parking Mignet/Roy René de l’entrée du Musée Granet. La situation du futur parking le rend facilement accessible aux véhicules depuis le boulevard extérieur et l’Est de la ville.

→ une implantation sous le Parc Rambot, un impact visuel très limité :
Entrée et sortie des véhicules s’effectuent par une unique et courte trémie, face à l’entrée des Arts et Métiers. Impact visuel extérieur très limité de 3 édicules sorties-piétons et ventilations, façades verre et acier-corten qui intègreront caisses, ascenseurs, escaliers, toilettes et/ou local jardiniers. Leur toit sera végétalisé. Les édicules seront éloignés des maisons riveraines.

→ l’impact des travaux sur la végétation du parc Rambot sera réduit au maximum par la localisation du parking sous l’actuelle partie pelousée du parc Rambot, par la demande faite aux acteurs du projet (Agence CEPM, Patrice Marchal architecte-paysagiste) de préserver scrupuleusement l’état arboré initial (sauf exception, arbre malade, ou dangereux) et de renforcer sa biodiversité.

→ une étude écologique a été effectuée (Pré-diagnostic Faune-Flore, bureau d’études Ecotonia) qui a souligné la faible biodiversité actuelle du parc, avec le trop grand nombre d’espèces végétales non locales réduisant la présence de la faune autochtone, ainsi que des préconisations pour améliorer cette situation et renforcer l’intérêt écologique du parc.

→ un parking de 270 places seulement avec 3 niveaux souterrains de stationnement. La dalle supérieure sera de moins de 3 000 m² (la surface globale du Parc Rambot est de 13 000 m²). Elle  disparaîtra sous plusieurs mètres de terre permettant en surface les plantations d’arbres et arbustes.

→ trois études de circulation ont confirmé l’absence d’impact liée à cette  localisation (bureau d’études Horizon Conseil) sur la circulation cours des Arts et Métiers, et au-delà.

→ une étude hydrogéologique approfondie a été menée pour prendre en compte et préserver la nappe phréatique (relevés piézométriques du bureau d’études Groupe CEBTP) et déterminer le mode de construction qui en apporte la garantie.

→ il ne peut y avoir de surcroît de pollution pour le quartier, les véhicules stationnés sont à l’arrêt, leur impact global s’améliore dans le temps avec l’amélioration des motorisations et le développement des énergies propres (VE, Hybrides), la circulation autour du parking est fluidifiée par l’offre de stationnement disponible sur un même site et la suppression du stationnement de surface sur le Cours des Arts et Métiers, la végétalisation renforcée du parc contribuera à l’absorption des polluants.

 

  1. LE PROJET DE PARKING VA PERMETTRE D’INVESTIR 1 MILLION D’EUROS POUR UN PARC MAGNIFIE :
  • RESPECTER LE LEGS D’ORIGINE DU JARDIN A LA VILLE
    Le projet vise à créer un véritable parc « à l’anglaise » avec de nombreuses plantations supplémentaires (notamment 80 grands arbres) et avec un saut qualitatif global. Le Parc Rambot deviendra, en contrepoint du Parc Jourdan, l’autre beau parc paysager du  centre-ville, avec buttes plantées, allées, espaces de promenade, de découverte, de loisirs.
  • MAGNIFIER LA VÉGÉTATION ACTUELLE ET LA BEAUTE DU PARC
    L’impact des travaux n’aura que peu de conséquences sur la végétation actuelle, quelques arbres déplacés (9) ou remplacés (aucun cèdre n’est concerné et aucun arbre de l’écran végétal séparant des propriétés riveraines). Le choix des centaines de plantations à venir prendra en compte une logique de développement durable et d’aspect environnemental.
  • CREER DES ESPACES DE VIE, PRESERVER LE BIEN-ETRE
    L’objectif est de faire renaître un vrai parc avec sa pluralité d’usages. Un espace de quiétude au cœur de la ville, un espace où l’on vient lire, déambuler, courir, bronzer, échanger, s’amuser. Le projet prévoit des espaces de jeux modernisés, plus grands, et agrémentés de jeux d’eau, type « splash pad », à destination des enfants et adolescents ; l’implantation d’un kiosque à musique, permettant de faire vivre autrement le parc et d’accroître sa notoriété avec des représentations théâtrales ou musicales ; une buvette, avec terrasse en bois, permettant en entrée de parc d’assurer une présence permanente et conviviale sur l’espace.

 

4. LE CALENDRIER :

Le projet de parc de stationnement est conforme au PADD en prévoyant dans cette zone UI d’urbanisation incitative et apaisée, un équipement qui contribuera à diminuer l’usage de la voiture dans le centre ville historique, en offrant plus de tranquillité, de sécurité et de qualité environnementale dans les secteurs commerciaux et touristiques.

Les arbres centenaires qui s’y déploient sont identifiés et protégés, à commencer par les grands cèdres, les tulipiers de Virginie, les platanes et les cyprès.

  • Dépôt du Permis de construire et modification du PLU (1er semestre 2017)
  • Enquête publique spécifique au projet (jusqu’au 17 juillet 2017 inclus)
  • Début des travaux (automne 2017)
  • Travaux de requalification du parc et plantations (hiver 2018-2019)
  • Livraison du parking et ouverture au public (printemps 2019)

 

Coût global de l’opération : 14 millions HT à la charge de la SEMEPA

UN PARKING POUR L’EST DU CENTRE-VILLE ET UN PARC MAGNIFIE

RÉPONSES A VOS QUESTIONS SUR :

Le futur parking Prêcheurs / Arts et Métiers

La requalification du Parc Rambot

LA NÉCESSITE :

  • MIEUX ACCUEILLIR LES MARCHÉS FORAINS
    Un projet qui prend en compte la réinstallation programmée des marchés forains sur les 3 places et la nécessité de pouvoir mieux accueillir les camionnettes (avec un premier niveau de parking adapté aux gabarits supérieurs à 2m de hauteur), tout en apaisant le Cours des Arts et Métiers dont les espaces piétonniers seront élargis et requalifiés par la Ville d’Aix.
  • REMÉDIER A LA SUPPRESSION DE PLUS DE 200 PLACES EN SURFACE
    Un projet rendu nécessaire par le chantier des 3 places et l’avancée de la piétonisationqui vont conduire à la suppression de plus de 200 places de stationnement de surface (secteur Palais de Justice, La Madeleine-Prêcheurs, rue Portalis).
  • RÉÉQUILIBRER L’ATTRACTIVITÉ ET LA COMMERCIALITÉ 
    Un projet souhaité depuis de longues années par la Ville d’Aix et les associations de commerçants pour rééquilibrer, à l’Est du centre-ville, l’attractivité et la commercialité, en réponse à l’effet exercé, à l’Ouest, par le parking Rotonde.
  • COMPLÉTER LE DISPOSITIF DES PARKINGS EXISTANTS
    Un projet qui complète le dispositif de parcs de stationnement existants en renforçant la politique de dissuasion du stationnement en centre historique. En complément des parkings de dissuasion et du développement des transports en commun, le stationnement en première périphérie du centre-ville permet la limitation de la pollution dans le centre historique et les embouteillages, il restreint la gêne sur les espaces publics et l’impact visuel négatif.
  • AMÉLIORER L’ACTUEL PARKING RAMBOT
    Un projet lié également au déménagement de la Polyclinique Rambot à l’horizon 2019 et à la mutation du secteur qui entraînera le changement de destination ou la transformation en parking privé de l’actuel parking public Rambot, propriété de la SEMEPA (270 places, mais trop éloigné des rues commerçantes pour répondre aux besoins d’attractivité de l’Est de la ville, mais en revanche à proximité immédiate du futur Campus technologique qui verra le jour sur le site de l’Ecole des Arts et Métiers).
  • REQUALIFIER LE QUARTIER
    Un projet qui anticipe sur la création dans les anciens bâtiments du Collège des Prêcheurs d’un éventuel musée d’envergure et de nouvelles activités liées à la requalification du quartier (ancienne Sous-préfecture, ancienne annexe du Tribunal etc)

LA LOCALISATION :

  • PLUSIEURS LOCALISATIONS ENVISAGÉES
    Plusieurs localisations ont été envisagées et diverses études de sous-sol et de faisabilité ont été menées.
    Elles ont successivement conduit à écarter les sites de la place Verdun, de la cour de l’Ecole des Arts et Métiers, de la cour du Lycée Vauvenargues, notamment du fait de la présence avérée d’eaux souterraines, de difficultés de maîtrise foncière ou de complexité d’accès).
    Deux sites ont été étudiés plus avant, le parc Rambot et le Cours des Arts et Métiers.
  • PARC RAMBOT & COURS DES ARTS ET MÉTIERS
    Le choix de la Ville s’est d’abord porté sur le Cours des Arts et Métiers du fait de sa proximité immédiate avec la rue Portalis, et du diagnostic sanitaire des platanes du Cours des Arts et Métiers, (malades dans leur quasi-totalité et devant être remplacés à court ou moyen terme, ce qui aurait permis les travaux).
    Les polémiques récentes liées aux chantier des 3 places et les expertises contradictoires sur l’état de dangerosité des platanes, ainsi que la difficulté en termes de circulation d’une fermeture pour deux ans de travaux du Cours des Arts et Métiers, ont conduit le Maire d’Aix-en-Provence à réorienter l’implantation sur le second site envisagé, le sous-sol du parc Rambot.

→ Le Parc Rambot est à proximité immédiate du centre-ville :
La distance séparant le Parc Rambot de l’entrée du Collège des Prêcheurs est la même que celle séparant l’entrée du parking Mignet/Roy René de l’entrée du Musée Granet.

→ Le parking est implanté sous le Parc Rambot :
Il permet une entrée des véhicules à proximité immédiate du boulevard extérieur et leur sortie facilitée vers les avenues Aurientis et Fontenaille ou vers le boulevard extérieur.

LE PARKING ET LA REQUALIFICATION DU PARC, UN PROJET GLOBAL :

Le projet est indissociable de la prise en compte du site et de sa valorisation.

  • RESPECTER LE LEGS D’ORIGINE DU JARDIN A LA VILLE
    Il doit permettre de respecter le legs d’origine du jardin à la Ville (1864) qui prévoyait sa transformation en jardin botanique, à visée pédagogique et ouvert au grand public. Le projet vise à créer un véritable parc « à l’anglaise » avec de nombreuses plantations supplémentaires (notamment 80 grands arbres) et avec un saut qualitatif global. Le Parc Rambot deviendra, en contrepoint du Parc Jourdan, l’autre beau parc paysager du centre-ville, avec buttes plantées, allées, espaces de promenade, de découverte, de loisirs.
  • RESPECTER ET MAGNIFIER LA VÉGÉTATION ACTUELLE
    L’impact des travaux n’aura que peu de conséquences sur la végétation actuelle, quelques arbres déplacés (9) ou remplacés (tulipiers, oliviers, cyprès, magnolias, mais aucun cèdre n’est concerné). Le choix des plantations à venir prendra en compte une logique de développement durable et d’aspect environnemental. Ainsi certains arbres actuels du parc Rambot sont, soit malades (marronniers), soit inappropriés (arbres à branches cassantes ou parfois mal taillés au cours des dernières décennies, paulownias).
    L’objectif proposé par le projet des architectes paysagistes (CEPM – Patrice Marchal, paysagiste reconnu pour sa création de grands parcs dans le monde entier) est de redonner au parc sa valeur initiale, adaptée aux conditions et exigences de 2019. La conception du réaménagement du parc s’appuie sur la nécessaire évolution d’un écosystème, au regard de son environnement, dans ce cas : urbain.
    Le choix des arbres nouveaux qui viendront compléter ou remplacer certains anciens sujets est simple. Il s’appuie sur les critères suivants :
    – Adéquation à l’utilisation d’un espace public en milieu urbain
    – Environnement provençal
    – Considération pour un entretien efficace et pérenne.
  • NB : Les travaux de requalification et de revalorisation paysagère du parc (près de 1 M d’€) seront financés et effectués par la SEMEPA dans le cadre de la construction du parking, mais le parc sera rétrocédé à la Ville à l’issue des travaux d’équipement et de plantations.

 

LES CARACTÉRISTIQUES DU PARKING :

  • ASPECT VISUEL
    Un impact visuel extérieur très limité (3 édicules sorties piétons et ventilations, ainsi que deux rampes d’accès véhicules). Les édicules (façades verre et corten) intègreront caisses, ascenseurs, escaliers, toilettes et/ou local jardiniers. Leur toit sera végétalisé. Les édicules seront éloignés des maisons riveraines. Toutes les fonctions de ventilation, climatisation ou autres dispositifs techniques seront installés à l’intérieur de la construction du parc de stationnement ou intégrés aux édicules. La dalle supérieure de moins de 3 000 m² (la surface globale du Parc Rambot est de 13 000 m²) qui disparaîtra sous la végétation et les plantations, une fois les travaux achevés.
  • VÉGÉTALISATION
    La localisation du parking a été implantée de manière à limiter au maximum son impact sur la végétalisation préexistante, l’essentiel de la surface de chantier correspondant à des espaces actuels pelousés.
  • STATIONNEMENT
    3 niveaux de stationnement, soit environ 270 places de stationnement.

LES CARACTÉRISTIQUES DU FUTUR PARC RAMBOT :

  • UN PARC  « A L’ANGLAISE »
    Un parc « à l’anglaise », mais accueillant prioritairement des espèces provençales et méditerranéennes, dans un esprit de gestion durable. Un parc avec des allées, permettant la découverte progressive du jardin (renforcement de la diversité arborée des espaces plantés et ombragés) et de ses espaces (des buttes plantées cassant la vision d’un seul regard qui amenuise aujourd’hui la richesse générale de l’espace).
  • ESPACES DE VIE
    Des espaces de jeux modernisés, plus grands, plus accueillants et agrémentés d’un « splash pad », une utilisation ludique, mais économe, de l’eau à destination des enfants. L’implantation d’un kiosque à musique, de type gloriette, permettant de faire vivre autrement le parc et d’accroître sa notoriété avec des représentations théâtrales ou musicales. Une buvette, avec terrasse en bois, permettra en entrée de parc d’assurer une présence permanente et conviviale sur l’espace.

CALENDRIER :

Le projet de parc de stationnement est conforme au PADD en prévoyant dans cette zone UI d’urbanisation incitative et apaisée, un équipement qui contribuera à diminuer l’usage de la voiture dans le centre ville historique, en offrant plus de tranquillité, de sécurité et de qualité environnementale dans les secteurs commerciaux et touristiques.

  • Cernage de protection des arbres à déplacer ou jouxtant le chantier (hiver 2017)
  • Dépôt du Permis de construire et modification du PLU (1er semestre 2017)
  • Début des travaux (été 2017)
  • Travaux de requalification du parc et plantations (hiver 2018-2019)
  • Livraison du parking et ouverture au public (printemps 2019)

 

Coût global de l’opération : 14 millions HT à la charge de la SEMEPA

 

Conférence Sextius-Mirabeau

Jean-Claude Bouvier, président des Amis de la Méjanes, et Joelle Jacq ont animé une équipe d’auteurs qui en s’appuyant sur une riche illustration et des documents anciens exceptionnels permettent de faire mieux connaître l’histoire et l’actualité du quartier Sextius-Mirabeau, désormais cœur battant commercial et culturel de la ville d’Aix-en-Provence.

Dans cette nouvelle publication, Les Amis de la Méjanes ont choisi d’explorer le territoire au cœur duquel se trouve maintenant la bibliothèque Méjanes, le nouveau quartier d’Aix, Sextius-Mirabeau, qui joue de plus en plus un rôle majeur dans la vie culturelle de notre ville. Projet ambitieux, car malgré la modestie du nombre de pages, c’est toute l’histoire d’une partie de la ville d’Aix qui est abordée, du temps des dinosaures, qui ont laissé beaucoup d’œufs dans le sous-sol, aux tout derniers aménagements réalisés pour l’habitat, le commerce ou les équipements culturels, menés pour la ville d’Aix par la SEMEPA.

L’idée de départ a été que les Aixois d’aujourd’hui pouvaient être avides de connaître ce qui s’est passé dans ces espaces à travers les âges, avant que poussent les constructions actuelles. Les auteurs ont donc établi une sorte d’itinéraire de 15 étapes, permettant au lecteur de découvrir pas à pas ce qui constitue la richesse historique de Sextius-Mirabeau.

Des pans entiers de la vie aixoise surgissent ainsi sous nos yeux : la mise en valeur de ces espaces à l’époque gallo-romaine, le passé agricole, industriel ou commercial de la ville, les anciennes voies de communication, romaines, médiévales ou plus récentes, les haltes routières et ferroviaires : auberges d’autrefois, gares de voyageurs et de marchandises, lieux de convivialité : cirque ou casino… et bien sûr les créations d’aujourd’hui et leurs références d’architecture contemporaine qui donnent une nouvelle vie à ce quartier. C’est à la découverte d’un riche patrimoine renouvelé et vivant que les lecteurs sont conviés.

Soirée conférence avec les auteurs de l’ouvrage et les acteurs SEMEPA de la mutation récente du quartier.

Jeudi 15 décembre 2016, 18h30

Hall d’expo SEMEPA 4 rue Lapierre (Aix-centre) – Entrée libre.

Conférence Sextius-Mirabeau

Requalification du secteur Rotonde

Le nouveau visage de l’espace Paul Cézanne

La requalification du secteur Rotonde a transformé les espaces publics des places Jeanne d’Arc, Charles De Gaulle, Combattants d’AFN et le haut de l’avenue des Belges. Les principes retenus par la Ville et confiés à la SEMEPA visaient à reconquérir des espaces piétonniers, à renforcer l’harmonie et la qualité des équipements publics et à ouvrir au regard les perspectives, en supprimant notamment le stationnement de surface, et une partie du mobilier urbain. La logique d’aménagement se poursuit aujourd’hui entre la place de La Rotonde et les Allées provençales. L’espace du square Paul Cézanne posait à la fois un problème d’obstacle visuel et un problème de salubrité publique puisqu’il était utilisé, la nuit notamment, par des groupes marginaux, ce qui devait cesser pour l’image même de la ville dans sa partie la plus touristique. Par ailleurs, les multiples dégradations subies par les mécanismes de la fontaine circulaire et le tassement de terrain constaté sous une partie de la fontaine ont fait envisager de repenser l’ensemble du site.

Liaison-Belges-Desplaces1

Le Maire d’Aix, Maryse Joissains Masini, a souhaité voir remplacer les buissons par des arbustes à fleurs, permettre une circulation traversante du site, tout en mettant en valeur à la fois la statue représentant Paul Cézanne, et le monument aux morts du Génocide arménien.

La SEMEPA a travaillé dans ce sens, avec le paysagiste Paul-Pierre Pétel, pour transformer cet espace stratégique. Le nouveau projet qui sera réalisé sous le contrôle des Services techniques de la Ville d’Aix offrira plus de transparence entre les Allées provençales, l’Office de tourisme et La Rotonde. Les travaux débuteront fin juin et se prolongeront jusqu’au mois de novembre 2015. Ils achèveront la requalification complète des espaces publics du secteur Rotonde.

Liaison-Belges-Desplaces2

REHABILITER L’AVENUE DES BELGES

C’est l’une des plus grandes et des plus importantes avenues de la ville d’Aix. Au débouché de la route de Marseille, elle est la porte d’entrée sud de la Ville et ouvre sur la Place de La Rotonde. Dotée d’un indéniable potentiel de part sa largeur, la qualité globale de ces façades d’immeubles du XXème siècle , dont l’une d’entre elles est dûe à Fernand Pouillon, l’avenue des Belges n’a pourtant pas encore le cachet des autres grands axes du centre-ville. Maryse Joissains Masini a souhaité sa réhabilitation dans l’esprit de qualité qui a prévalu dans le traitement des Allées Provençales, du Cours Mirabeau, des avenues Napoléon Bonaparte et Victor Hugo. (suite…)

Travaux de requalification des places Paul Ferréol, Jeanne d’Arc, et Charles De Gaulle/Rotonde. Le secteur Rotonde achève sa mue.

Elles faisaient grise mine entre Cours Mirabeau et Allées Provençales. Les places Paul Ferréol, Jeanne d’Arc et de la Rotonde vont faire peau neuve à l’issue des travaux, commencés en septembre 2012 et qui s’achèveront au premier semestre 2014.

(suite…)

LA SEMEPA EN SOUTIEN AU DEVELOPPEMENT DES HAUTES TECHNOLOGIES EN PAYS D’AIX

Signature de l’achat d’un bâtiment industriel par la SCI- SIPPA (SEMEPA – Caisse des Dépôts – SYNPROSIS) visant à l’installation de la société de biotechnologie SYNPROSIS à Fuveau (27 octobre 2010).

Après la constitution le 13 octobre dernier de la SCI SIPPA réunissant SEMEPA, CAISSE DES DEPOTS et SA.SYNPROSIS, la nouvelle entité a signé, mercredi 27 octobre au siège aixois de la SEMEPA, l’achat d’un terrain de 6 200 m2 et d’un bâtiment industriel de 2 474 m2 , situé sur l’ACTIPOLE Saint-Charles, à Fuveau (13). (suite…)

NOUVEAU ! 800 PLACES DE STATIONNEMENT AU PARKING MIGNET

Le parking Mignet est situé à proximité immédiate des commerces du centre et des terrasses du cours Mirabeau, des cinémas Cézanne, Renoir et Mazarin, du Conservatoire de Musique et du Musée Granet. Il disposait de 500 places avec accès 24h/24, mais il souffrait de sa popularité auprès des automobilistes aixois et se révélait bien souvent complet.

A la demande des riverains et des usagers, la mairie d’Aix a souhaité voir son offre accrue. Pour ce faire, elle a confié à la SEMEPA la maîtrise d’ouvrage de son agrandissement. Après plusieurs mois de recherches archéologiques et de travaux complexes sous les terrains du collège Mignet, le nouveau parking propose désormais 800 places de stationnement au coeur du centre-ville.

L’extension du parking Mignet a ouvert ses portes le 17 août 2010. Avec elle, ce sont 300 nouvelles places de stationnement pour le centre ville, qui viennent compléter les Parkings Rotonde (1 800 places) et Rambot (270 places), récemment achevés.

Cette extension marque une étape supplémentaire vers la piétonisation progressive du centre historique .  » La nouvelle capacité d’accueil permettra d’absorber une partie des véhicules garés en surface et d’engager la piétonnisation «  a souligné le député-maire Maryse Joissains-Masini.

Parmi les nouveautés du parking, une nouvelle entrée est réservée aux abonnés. Elle est située sur le boulevard du Roy René, qui propose également une nouvelle sortie du parking, permettant à tous les usagers de sortir directement sur l’axe périphérique.

La SEMEPA a profité des travaux pour réhabiliter le parking pré-existant et équiper l’ensemble de la structure du même système ultra moderne de signalisation qu’au parking Rotonde, indiquant aux automobilistes à l’aide de voyants lumineux les places disponibles.

D’autre part, des places réservées aux véhicules électriques permettront d’anticiper les futures évolutions du marché automobile. Enfin, l’architecte éguillen Antonio Da Silva-Ascençao, chargé par la SEMEPA de la conception du projet, a réalisé, au niveau de la sortie située sur le boulevard du Roy René, un cube de verre planté de bambous, aérien, esthétique et doté pour la nuit d’une belle mise en lumière. Cette structure végétalisée est parfaitement intégrée au riche patrimoine architectural  du quartier.

Le nouveau parking Mignet a déjà été massivement adopté par les usagers du centre-ville, comme en témoigne depuis sa réouverture son constant succès de fréquentation.

La Semepa communique sur TV7

Pour voir la vidéo cliquer ici